Creative Common By SA

Développement en Afrique Enregistrer au format PDF

Article AGORA VOX
mercredi 17 juillet 2013 par Matthieu GIROUX

Il est urgent d’agir afin de revitaliser le lac Tchad. La pseudo-écologie du WWF et l’impérialisme européen en fin de vie nous empêchent d’agir.

Alors que la population européenne ne se développe pas, l’Afrique a vu une croissance de population de 80 à 120 % dans beaucoup de pays africains. Avec le WWF les impérialistes européens empêchent le développement du lac Tchad, en plaçant ce lac comme protégé, afin de ne pas le sauver.

Pourtant l’Afrique équatoriale a de plus en plus d’eau. Le projet Transaqua permettrait une voie navigable au Congo, tout en permettant au lac Tchad d’obtenir un surplus d’eau nécessaire à sa survie. En effet la zone nord de l’Afrique est un gigantesque désert que nous pouvons verdir grâce à des grands travaux mettant en jeu l’Afrique, l’Europe, l’Amérique, la Russie et la Chine, afin d’offrir suffisamment d’énergie pour terminer les travaux le plus tôt possible.

Le projet Transaqua

Or Le WWF a mis le lac Tchad dans la liste de Ramsar, qui indique de protéger les zones humides "importantes, en raison des fonctions écologiques et hydrologiques qu’elles remplissent, pour la conservation de la diversité biologique mondiale et la pérennité de la vie humaine. " Cette liste de Ramsar stipule que ces zones doivent être protégées en l’état. En France par contre on protège des zones, pour par exemple, la compagnie d’eau d’Évian.

N’en déplaise à l’Europe, l’Afrique se développe plutôt grâce à la Chine, moins jalouse du taux de natalité de l’Afrique, car elle se développe aussi. Des lignes de chemin de fer voient le jour dans le centre de l’Afrique, afin de relier de vieilles voies de chemin de fer, issues de la colonisation européenne.

Il y a trente ans le projet Transaqua était présenté avec ces mots : "L’investissement à réaliser se mesure non seulement en millions de dollars, mais également en éradication des guerres et de la famine pour des millions de gens, en paix sociale, et en attention internationale. "

Il y a peu, la sénatrice Emma Bonino, affirmait que "l’indifférence européenne est pire que l’ancien colonialisme qui lui, au moins, créait de l’activité et des emplois".

Dans la rue on me dit "Il n’y a pas d’argent.". Mais l’argent peut se créer. Nous pouvons inverser ces politiques de dénatalité européennes, visant à nous rendre jaloux des africains. Il est possible de recréer nos industries grâce à de véritables banques d’état, pas de simples associations nationales d’investissement.


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 23533

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSS6 Le progrès technologique

Creative Commons License