Creative Common By SA

L’économie est basée sur l’énergie Enregistrer au format PDF

Article AGORA VOX
mercredi 17 juillet 2013 par Matthieu GIROUX

Notre civilisation a connu des bons technologiques à chaque nouvelle énergie trouvée. Nous sommes ainsi passés de l’énergie des biomasses peu dense pour aller vers celle du nucléaire, plus sûre qu’on pourrait le croire.

Les énergies de la biomasse, que nous évaluons à 4 000 en production d’énergie théorique, avec l’utilisation du feu, nous ont permis de connaître un premier bon. On a connu le solaire qui permet d’une certaine manière de connaître de l’efficacité avec les moulins à vent et les fours solaires.

Ensuite nous avons trouvé des sources d’énergie plus denses comme le charbon, de valeur 8 000, à la première révolution industrielle. Puis le pétrole, de valeur 11 000, ensuite la liquéfaction du gaz, de valeur 12 5000.

Le charbon, qui a pourtant permis moins d’esclavagisme, est très polluant et radioactif avec le carbone 14. Il a pour vocation à remplacer le nucléaire selon les pseudos-écologistes. En effet on consomme plus de charbon que d’énergie renouvelable avec les énergies renouvelables, quand il y a, aura ou avait peu de soleil ou de vent. Aussi une éolienne du type vendu actuellement coûte 500 tonnes de CO2 au minimum.

En 1942 a été découvert la fission de l’uranium, de valeur 1 000 000 0000, et a donc eu vocation à être utilisé ensuite. Cette énergie n’est pas suffisamment dense et stable comparée à la fission thorium-uranium, qui aurait pu être utilisée dès le début des réacteurs nucléaires.

Nous transformons des énergies vers d’autres énergies afin de pouvoir les utiliser. Il y a de la perte à chaque conversion. Les radiations servent aux rayons X. Le thermique est central dans l’utilisation d’énergie. Le chimique, la mécanique et le nucléaire permettent par exemple de créer de l’électrique, pas en quantités équivalentes. L’électrique est réutilisé vers d’autres énergies.

La production d’énergie et la croissance sont intimement liées. Les sources d’énergie les plus longues de durée de vie sont l’uranium avec 300 ans de durée, le charbon avec 800 ans de durée pour l’instant, et le thorium-uranium avec une durée de vie de 10 000 ans si on la mettait en place dès maintenant. Ces énergies pourront ensuite être remplacées par la fusion. La torche à fusion permettra de recycler les déchets très facilement.

Les déchets nucléaires sont en fait des actinides mineurs, par conséquent transmutables pour redevenir stables avec le projet pilote MYRRHA. L’énergie du thorium est la plus stable que l’on connaisse. Les réacteurs au thorium tels que le mini-FUJI et un vieux projet allemand peuvent être arrêtés en produisant moins de déchets voire en recyclant des déchets. L’énergie nucléaire est utilisée au tiers. Cependant les 2 tiers restants permettraient de chauffer des villes avec une perte minime. La technologie permet maintenant cela.

Le thorium-uranium permettrait de réutiliser les bombes atomiques pour produire de l’énergie avec le plutonium. Mieux il permettrait cette fois-ci d’améliorer la nature en verdissant les déserts, avec notamment la dessalinisation de l’eau de mer près des côtes et le pompage en masse au-dessus du Sahara. En effet de l’eau passe en dessous du Sahara pour aller dans la mer.

Il n’est donc en aucune manière question de baisser la production d’énergie, par ailleurs propre avec le thorium et MYRRHA. Cheminade indique dans son projet qu’actuellement la population peut encore monter à 25 milliards d’individus. Pourtant la dépopulation a commencé et les courbes démographiques fléchissent. La finance est en train de créer un génocide en revenant à des énergies moins denses et par conséquent moins utiles.

Réacteur MYRRHA

Sources


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 31359

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSS4 La densité d’énergie

Creative Commons License