Creative Common by SA

L’origine du libéralisme Enregistrer au format PDF

Article AGORA VOX
lundi 23 septembre 2013 par Matthieu GIROUX

Adam Smith ou Karl Marx sont les gourous des écoles politiques les plus connues. Adam Smith c’est la réduction de l’économie politique à l’individu, transformant une entreprise en son unique chef. Cette idéologie veut faire croire que la société c’est l’entrepreneur, qu’il soit responsable ou pas. Il a établi que l’auto-régulation libérale permet le développement, alors que dans l’histoire, on a vu que les pays se développaient en se protégeant contre les nations plus puissantes. Marx ne fait que répondre à cette vision orientée sur l’individu.

Nous sommes d’abord des individus, mais la coopération dans notre société nous permet de faire plus de choses grâce à notre créativité. Nous sommes des individus sociaux et surtout créatifs, ce que l’on a jamais vu dans le monde animal. Ces 3 caractères font de nous des êtres meilleurs que ce que prône le libéralisme de l’individu ou social.

Adam Smith dit que c’est l’individu qui est société. C’est à dire que la société peut se réduire au comportement d’un bon père de famille. Adam Smith ne prend pas du tout en compte les exemples immoraux, qui essaient de s’insérer dans la société pour la détruire. Selon Friederich List, Adam Smith croit que chaque individu est moral.

Selon Friederich List, la théorie libérale d’Adam Smith peut se réduire à la suppression des barrières douanières aboutissant à la guerre des drogues. Adam Smith s’est en effet inspiré du colonialisme anglais ayant abouti à la guerre de l’Opium en Chine. Son système d’économie politique ne peut fonctionner que si chaque individu est moral et si tous les pays sont au même niveau technologique, avec le même libéralisme. Le mondialisme est l’aboutissement idéologique de la vision libérale d’Adam Smith, aboutissant à l’implantation mafieuse des drogues, dans le monde cette fois-ci.

C’est Adam Smith qui a créé le libéralisme. Selon lui le libéralisme c’est croire que l’humain doit profiter de la vie, sans se préoccuper de l’influence créative de son travail. Pour lui le travail ne sert qu’à profiter de la vie. Il dit aussi que cette vie est une vie où il ne pourra jamais obtenir la perfection. Pour lui Dieu est la perfection, alors que nous ne l’avons jamais vu. La science ne remet pas en question l’existence d’un Dieu. Mais elle ne dit pas qu’il existerait encore, sous une forme parfaite qui plus est.

Leibniz dit que la nature a la capacité à créer lentement la perfection. En effet l’humain est un mammifère, espèce plus autonome que le reptile. Les mammifères ont ainsi pu conquérir plus d’espaces que les reptiles grâce à leur densité d’énergie. L’humain a en plus maintenant la possibilité de comprendre l’univers, comme l’a voulu tout scientifique ayant fait avancer la science avec ses expériences. Cette compréhension de l’univers peut être plus puissante que d’être univers.

La pensée créative est aussi primordiale dans l’être humain. Elle permet à l’humain en théorie d’évoluer constamment. Pourtant le libéralisme conduit au conservatisme. On voit alors souvent un militant d’un parti libéral refouler ou méconnaître notre capacité à évoluer. Le vivant ne peut qu’évoluer ou régresser. En effet si vous ne travaillez pas votre mémoire vous oubliez. le libéralisme s’est adapté à cette propriété de la vie sans tenir compte que nous pouvons devenir aussi créatif que l’univers, en le comprenant de mieux en mieux.

Les espèces sont faites pour être remplacées par la nature. Plus de 99 % des espèces ne vivent plus actuellement. Si nous vivons encore avec cette vision libérale qu’on passe notre temps à nous divertir ou à nous entre-tuer selon Marx, notre espèce aura disparu, au mieux par la fin du système solaire. Une autre vision indique qu’il faudra créer une nouvelle espèce permettant d’aller dans l’espace. Elle pourra peut-être être humaine en partie. Nous n’en sommes pas encore là. Mais le libéralisme vous fait croire que la Terre et sa nature sont éternelles.

Le libéralisme entraîne le malthusianisme dans lequel nous sommes en ce moment. La décroissance est présente en France depuis la perte progressive de nos industries. En 2013 à la radio, des journalistes se félicitaient de la réduction des énergies fossiles, faisant croire que toutes créeraient du CO2. Ces journalistes essayaient de délier la relation pourtant évidente entre densité d’énergie et développement. La densité d’énergie permet d’économiser notre travail. L’économie de travail nous permet de favoriser notre créativité afin de trouver de nouvelles énergies plus denses, permettant de réaliser plus de choses.

Une réaction nucléaire ne crée pas de CO2. Aussi nous pourrons brûler des déchets nucléaires avec les centrales de quatrième génération pouvant s’arrêter quant on veut. Le malthusianisme écologique allemand a arrêté la mise en place des premières centrales à thorium. L’Allemagne a alors dû casser sa politique salariale sous Shroeder.

Source


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 31359

Site soutenant l'économie de travail... Un ami

     RSS fr RSS7 Contredire l’économie monétaire

Creative Commons License